La Jungle de Bornéo
Un bref résumé

par Herman, février 2007

Forêt humide ; forêt pluviale ; forêt tropicale ; forêt hydrophile – jungle & rainforest – la jungle tout court ! Le mot forêt possède plusieurs sens. En effet, tous les peuples l'utilisent mais chacun avec une image différente. La jungle tropicale, une forêt elle aussi, prend des dimensions tout à fait extraordinaires parmi le grand nombre de forêts différentes de notre planète. Chacune des forêts est une communauté complexe d'espèces animales et végétales, dans laquelle se déroulent toutes sortes de processus physicochimiques et biologiques. La jungle représente aussi le cosmos des indigènes qui y vivent.

La forêt dense et humide, la forêt tropicale ou “rainforest” en anglais, constitue l'une des formations les plus riches en espèces de l'île de Bornéo. Mais la forêt est menacée par la surexploitation humaine et vastes parties sont déjà dégradées. Les régions qui paraissent aujourd’hui les plus appropriées pour son étude se situent dans les parc nationaux, notamment la jungle vierge de Danum Valley, et Maliau Basin, deux sites au Sabah.

La forêt tropicale humide (lowland jungle) de Bornéo se caractérise par ses arbres de très grande taille, en moyenne 70 mètres d’hauteur, mais quelques essences peuvent dépasser les 90 mètres. Dans la jungle caractéristique on distingue trois étages : le rez-de-chaussée avec une végétation plutôt pauvre à cause de la pénurie de lumière ; l’étage intermédiaire des fûts avec ses épiphytes ; et les couronnes des arbres, ou le « baldaquin » de la jungle dans lequel se déroule la plupart de la vie de la forêt tropicale.

Au Bornéo l’on trouve d’autres types de jungle tropicales, voici quelques exemples : les forêts le long du littoral (coastal forests), notamment les palétuviers ; les kerangas, un genre de bruyère et marécages ; la jungle de la montagne (montane forest/jungle) avec sa profusion d’orchidées ; la jungle humide (cloud forest) avec ses lichen, arbres de taille réduite et rhododendron et même des zones de forêt subalpines autour du sommet du mont Kinabalu.

Malheureusement ces forêts ont une haute valeur non seulement écologique mais, de la vue d’un gouvernement d’un pays en voie de développement, surtout économique. Ainsi, au Bornéo la jungle est déjà largement remplacée par des plantations de palmier à huile : ceci s’appelle développement, un euphémisme qui masque à peine qu’il s’agit en fait d'un abattage très souvent sauvage et des coupes illégales ou peu réglementées, ainsi que du défrichage agricole.

Pourtant les gouvernements des pays qui se partagent Bornéo – la Malaisie, l’Indonésie et le Sultanat de Bruneï – ont réalisé qu’il faut protéger ainsi que conserver la jungle pour notre avenir. La forêt nous rend d’importants services (le bois n’y figure pas !) :

• Elle empêche l'érosion causée par le vent et par l’eau
• Elle régularise le débit des rivières et des ruisseaux
• Elle renouvelle l'air que nous respirons
• Elle abrite la majeure partie des plantes et des animaux du monde
• Elle a une influence sur le climat local aussi bien que mondial

La déforestation menace également de faire disparaître de nombreuses plantes potentiellement utiles dans le traitement de certains cancers, du sida et du paludisme, parmi autres. La biodiversité exceptionnelle des forêts de Bornéo suscite ainsi de nombreux espoirs du côté de la recherche médicale mais il faut agir maintenant si l’on veut conserver ce trésor naturel.

Selon un rapport publié par le Fonds mondial pour la nature (WWF) la forêt tropicale humide de Bornéo en 2005 ne couvre plus que 50% du territoire contre 74% en 1985, victime de l'exploitation forestière, des grands incendies et du boom de la production de l'huile de palme.

Sauver le coeur de Bornéo

Le programme de Sebangau, initié en 2001, au cœur de Bornéo, vise à préserver la forêt avec les populations locales. Il permet le développement d'activités économiques alternatives (artisanat, apiculture…) pour les villageois. Il renforce également la gouvernance locale, tout en contrôlant – à l'aide de patrouille – l'exploitation illégale du bois et le braconnage des animaux. L'un des objectifs du projet et d'aider les exploitants forestiers à bien gérer leur forêt dans les zones tampons autours des parcs.

Préserver la forêt des orangs-outangs

À Bornéo, le WWF agit pour rendre effective la protection des parcs nationaux qui hébergent la plus grande population restante d'orangs-outangs. La conversion de millions d'hectares de forêts en plantations de riz ou de palmiers à huile et la surexploitation du bois a entraîné un déclin dramatique de la population d'orangs-outangs, au point qu'on estime que dans 12 ans, l'espèce risque d'avoir disparu. Pour prévenir cela le gouvernement du Sabah a déclaré qu’il va réserver, à partir de 2008, une région de presque un million de hectares de forêt (environs 9% de la superficie du Sabah) spécifiquement pour la conservation de l’orang-outang. La région, où l’on extrait maintenant encore des arbres sélectionnés, abrite déjà une population d’orang-outang importante ainsi que bien sûr d’autres espèces d’animaux, et des plantes qui seront alors à l’abri de la manipulation humaine. Savoir plus (en anglais).


 

La forêt tropicale

L'eau, un des plus importants produits de la jungle!

Les habitants des forêts...

All features are original scholarship works and copyrighted. Please contact us for the use of the material. 

 

Back to Feature Index | Back to Home Page | Deutsche Homepage | Contact Us
Discover Sabah | Experience Sabah | Taste Sabah
Tour Index | Places | Photo Gallery | Links